lundi 10 juin 2019

Championnat de Bretagne VTT XC à Canihuel: 2ème!

Ce dimanche, avait lieu grand rendez-vous des vététistes crosseurs bretons, à savoir le championnat de Bretagne de VTT, sur le très beau circuit de Canihuel dans les Côtes d'Armor.

Petit flash-back sur les semaines précédentes:
Au mois de mai, j'ai pu courir à deux reprises sur la route, avec mon petit Giant TCR Caméléon, à domicile en Pass-cyclisme, puis dans le Finistère avec les filles. Cela m'a permis de faire du rythme et de voir que ma condition n'était pas mauvaise.
Par ailleurs, j'ai poursuivi mes séances techniques de VTT sur le terrain de jeu tracé par JJ Luyer, et également emprunté par nos autres copains (à savoir Eric Pommelet, Fred Le Marrec, Hervé Prud'homme...), afin de progresser encore au niveau de la motricité, de l'équilibre, de l'efficacité dans les côtes très pentues et de l'engagement dans les descentes.
J'ai eu aussi l'occasion de bosser mon énorme point faible (les virages) lors de la Pen Ar Bed VTT de Pleumeur-Bodou (1ère édition presqu'à la maison). 😛
A cela, on peut rajouter quelques footings à jeun (un vrai moment de bien-être), les séances de gainage quotidiennes et le cours de danse hebdomadaire...

Enfin, nous avons comme chaque année, formé une équipe du Team Armorique pour participer aux 24h VTT de la Chouette Guilérienne, composée de Gaëtan Rivoallon, Pierre-Marie Guillou, Youenn Garnier, Jean-Christophe Herry, Stevan Roué, Léo Dériano, Laura Porhel, Phil et moi.
J'ai à nouveau pris énormément de plaisir lors de cette édition sur un parcours largement remanié avec des tracés de singles techniques inédits (encore merci à l'organisation de Guilers VTT Nature pour cette riche initiative).
Nous étions 9 en équipe mixte et grâce à des relais bien réguliers, nous terminons 3èmes au scratch et 1ère équipe mixte!

Crédit Photo: @Camille Photographie Cyclisme

A noter que sans en avoir l'air, on a bataillé sévère pour le record du tour féminin avec Laura ma coéquipière (championne de cyclo-cross), qui l'a emporté de 5 secondes à son dernier tour!
Quel bonheur de se motiver ainsi! On a vraiment tout donné et c'était galvanisant de s'améliorer même le 2ème jour. Il faut dire que nous avions bénéficié d'excellents massages de la part de professionnelles présentes sur place. 😊

Petit point qui serait à revoir au niveau de l'organisation: proposer des formules repas "zéro déchet", parce que les plateaux et couverts en plastiques, ce n'est plus possible. Je n'ose imaginer le nombre de sacs poubelles (sans doute peu triés) remplis par l'ensemble des concurrents durant ces 24h...



Après ce beau week-end, j'ai ressenti une très grande fatigue qui a perduré au moins 3 jours.
J'ai dû me faire violence pour réaliser la séance au seuil du mardi durant laquelle j'ai souffert en pensant au "no watt, no gain" de mon coach Stéphane... 😓
Même si mes intensités étaient meilleures le vendredi, je ne pensais pas avoir suffisamment récupéré pour le championnat de Bretagne de ce dimanche.

Une fois sur place, nous faisons la reco du très sélectif circuit de Canihuel: Phil et moi sommes dans notre élément, parce qu'on adore grimper.
Les descentes ne sont pas trop difficiles. En revanche, certaines côtes donneront du fil à retordre. La moindre défaillance coûtera cher.

12h25: après un peu de retard, c'est le départ pour les Juniors et Masters (40-50).
Je suis à mon poste pour l'assistance de Phil et alterne bidon et divers tubes de gels Overstims (la course étant longue, je lui fais tester le nouveau gel Energix miel bio: très bon mais d'une texture plus compacte que les autres).
Il se positionne aux environs de la 10ème place. Devant c'est la bataille avec Eric, Damien, Jean-Yves, Hervé, Chris...
Finalement, Eric termine en même temps que Damien (champions Masters 50 et 40 du coup). Phil décroche une belle 11ème place, malgré le sentiment de n'avoir pas su se mettre à fond et se motiver.
Ceci dit, il n'était pas évident de gérer l'effort tant les côtes étaient physiques.


15h: je suis à l'échauffement, et des gouttes me tombent dessus... Toujours optimiste, je me dis que ce sera une petite averse de rien du tout.
Puis j'apprends que les courses jeunes du championnat régional VTT FSGT qui a lieu à Bégard, viennent d'être annulées en raison d'orages et de trombes d'eau! 😱

15h30: la pluie est à présent soutenue et nous patientons sous les parapluies...
Le départ est donné pour les 15 dames juniors/seniors et je démarre en mode diesel, ayant bien eu le temps de refroidir.
Anaïs la grande favorite, est bien en tête, suivie des juniors Anaëlle et Laurie, puis d'Alicia.
Je parviens à revenir progressivement.
Mon cardio semble bas mais les jambes répondent. J'en garde sous la pédale, car on nous a annoncé 4 tours et demi, et le terrain se dégrade déjà.



Crédit photos: @H.Madec Pictures

Au 2ème tour, je décide de passer devant Laurie et Alicia en côte, même si je suis moins rapide dans le technique. A force d'appuyer dans les portions physiques, je creuse l'écart.
On reçoit beaucoup d'encouragements (merci à Phil, Garlan le papa d'Anaëlle, Chris, Eric...): tout cela fait du bien au moral sous cette pluie.
Je m'étonne de réussir à grimper l'un des taquets glissants (j'avais repéré la bonne trajectoire à la reco et je pense que mes entraînements techniques me servent bien).
En descente, je choisis la prudence car cela devient une patinoire par endroit. On nous réduit la course d'un tour. Du coup je n'arrive plus à vraiment tout donner.
Par contre les jambes brûlent fort dans les longues bosses et mon élongation de l'ischio-jambier droit refait son apparition. Il faut tenir...


J'entends qu'Anaëlle Even remporte le titre en Junior! Bravo à elle!
De mon côté je termine donc 2ème derrière Anaïs, assez surprise de ce résultat car je ne pensais pas être en mesure de faire un podium surtout avec des conditions boueuses comme celles-ci.
Une chose dommage: il n'y a toujours pas de maillot BZH pour les Masters dames, alors que cela se fait que ce soit sur route ou en cyclo-cross. Et pourtant nous étions 4!


Un grand merci à mon entraîneur Stéphane qui continue à me faire progresser et à croire en moi même quand je suis au plus bas comme c'était le cas cette semaine. Le mental compte énormément, surtout quand la course est aussi difficile...

Suite à cet objectif, je vais enchaîner quelques petites courses, la kermesse de l'école (4h de stand de pêche aux canards, c'est un entraînement, si si! 😂), un spectacle de danse, les 6h VTT de Carhaix, avant de partir vers l'Alpe d'Huez pour le championnat de France!

lundi 29 avril 2019

Match Open 1.0 / Scott Spark RC 900 SL

J’ai récemment eu l’occasion de retrouver mon VTT semi-rigide (Open) avec lequel j’avais déjà vécu de belles aventures, le temps d’un entretien des suspensions du Scott Spark.
A présent habituée au confort du tout-suspendu via cet exceptionnel Scott Spark, j’en ai profité pour analyser mon ressenti sur différents types de terrains.




Caractéristiques principales de mes fidèles destriers:

VTT semi-rigide 2014: 8,8 kg
- Cadre Open 1.0 à 865g
- Fourche Rock Shox SID World Cup 29
- Groupe SRAM XX1
- Roues Asterion Ultimate carbone, rayons CX-Ray, avec moyeux Chris King mango (1500g)
- Pneus Schwalbe Rocket Ron / Racing Ralph 29x2.25



VTT tout-suspendu Scott Spark RC 900 SL 2017:   9,3 kg
- Cadre Spark RC Carbone 1,779 g
- Fourche FOX 32 SC Float Factory Air / Kashima FIT4 3-Modes
- Groupe SRAM XX1 Eagle 12v
- Roues Asterion 24 rayons Edition One (1300g)
- Pneus Rocket Ron 2.10 SnakeSkin avant, Thunder Burt 2.10 SnakeSkin arrière



En remontant sur l’Open, j’ai immédiatement noté la nervosité sur les parties roulantes: il est indéniablement plus réactif que le Spark (même suspensions bloquées), les 2 paires de roues étant de performance quasi égale malgré la légère différence de poids.
Sur ce type de terrain:
Open: 1 / Spark: 0

Ensuite nous avons participé à une épreuve en relais sur un circuit particulièrement tabassant, sans le moindre dénivelé (c’est à dire tout ce que j’adore 😞 ): au bout de 30 mn, j’aurais donné n’importe quoi pour récupérer le tout-suspendu, tellement j’avais le bas du dos fracassé (voire le derrière comme ceux des babouins…😬).

Suite à cette expérience:
Open: 0 / Spark: 1

Lors d’une sortie plus technique, j’ai eu la surprise de trouver l’Open particulièrement maniable niveau pilotage (peut-être grâce à sa potence courte, le vélo étant destiné à notre fille aînée) et j’ai pu travailler les virages.
Autre point fort de l’Open: les côtes raides sans obstacle: sur un de nos parcours d’entraînement, j’ai réussi à grimper en bec de selle un taquet qui me résistait depuis longtemps.
La question: est-ce que l’action de la suspension n’a pas un effet négatif dans ce cas précis, où on est un peu à l’arrache?
J’ai donc décidé de retenter ce passage avec le Spark, toutes suspensions bloquées… Et nous sommes passés « crème »!  😌       

Révision du constat:
Open: 1 / Spark: 1    

Enfin, dimanche dernier, j’ai roulé avec le Spark tout au long des 70 km du Raid VTT de Belle-Isle-en-terre, réputé pour être ultra-roulant.
J’ai beaucoup utilisé la manette de blocage des suspensions: tout bloqué très souvent (route, chemins roulants, ouvert à 70% sur les quelques chemins plus ludiques ou dans la boue, et à 100 % en descente et dans les zones un peu caillouteuses. Je pense que c’était le combo parfait pour terminer:
- sans douleurs dorsales
- en n’ayant pas été pénalisée dans les montées ni sur la route
- en ayant bénéficié de la motricité du mode 70%  sur les passages de racines
- en ayant lâché les freins dans les descentes (si, si! 😀 )

En conclusion, mon avis est que le tout-suspendu avec options de blocage reste le meilleur compromis pour le XC, notamment quand on n’a pas un super bagage technique et qu’on veut conserver son dos en bon état.
Les parcours de XC ayant beaucoup évolué ces 3 dernières années vers des difficultés beaucoup plus engagées que par le passé, on prendra moins de risques aussi, plus de confiance et de plaisir, à rouler en tout-suspendu!
En revanche, pour de la rando classique et pas trop longue, le semi-rigide reste bien suffisant, et moins onéreux niveau entretien.

mardi 4 décembre 2018

Cyclo-cross: une saison quelque peu mitigée…

Petit bilan de ma saison de cyclo-cross qui s’est avérée plus compliquée que prévue:
Je n’ai en effet pris que très peu de plaisir que ce soit lors des compétitions ou à l’entraînement, ce qui a été un vrai frein à ma motivation. 😐
Au mois de novembre, le premier coup dur a été la coupe de France à Pierric: si j’avais vraiment apprécié le parcours lors de la reconnaissance la veille de l’épreuve, ça a été tout l’inverse le lendemain, les fortes pluies et innombrables passages des coureurs ayant transformé le circuit en bourbier impraticable à vélo (un remake de La Mézière 2017).
Partie en dernière ligne, je n’ai fait que subir la course, les jambes cassées par les portages.
Je m’entraîne pourtant à la fois en vélo et en course à pied, mais dans la boue, je n’y arrive décidément pas.
J’en termine 41ème sur 65,  avec pas mal d'amertume...

Crédit photo: Hervé Madec

En marge de la course, nous avons trouvé anormal de payer une accréditation pour le parking coureur, qui s’est révélé être un emplacement tout pourri au bord d’une ferme, hyper bruyant, avec un groupe électrogène en route par intermittence. On s’était fait délogés juste avant d’un autre emplacement proposé par un bénévole.
Bref, si on ne fait pas partie de l’élite ou d’un Team, on peut payer mais on n’a pas les mêmes droits ni l’avantage d’être à proximité du circuit.
C’est plutôt déplorable et ce sera pour ma part ma dernière participation à une coupe de France de CX dans ces conditions. 😒

Suite à cela, j’ai mis beaucoup de temps à récupérer, avec de mauvaises sensations à l’entraînement, sachant que j'ai aussi une charge mentale assez élevée entre la vie professionnelle et quotidienne.
Ce n’est qu’en fin de semaine que j’ai retrouvé du jus pour participer au cyclo-cross local de Pleumeur-Bodou en FSGT, près de chez nous, sous le soleil. Cette fois c’était vraiment chouette, car nous y étions en famille. Nos 2 filles ont couru et se sont bien amusées! De mon côté, j’ai pour une fois réussi mon départ et malgré un circuit plat et tabassant, j’ai pu m’exprimer, et même remporté la course en catégorie 2 avec les gars. 😃


Phil par contre au eu mal au dos sur cette épreuve, mais en parallèle continue à progresser en trail lors de ses entraînements de club dans la semaine où il s'éclate littéralement, explosant les records en bosse: il est un coureur à pied avant d'être un cycliste! 😊


Le week-end suivant, nous avons fait le déplacement dans la Sarthe pour le championnat de France Masters.
Là aussi l’organisation laissait à désirer (malgré la sympathie des bénévoles) car les camping-cars ne pouvaient se garer que dans une rue dédiée, mais non fermée à la circulation, donc avec beaucoup de passage et très bruyante. Le sommeil en a été forcément perturbé.
Le samedi, nous avons tenté de changer de zone mais cela n’a pas été simple. Nous avons finalement déniché une place aux abords du circuit, mais loin du départ (nous n’avions pas le droit de nous garer sur le parking coureur).
L’aberration était que le circuit était attenant au camping de Beaumont Sur Sarthe, dont tous les emplacements étaient donc vides!
Je dois avouer que toutes ces contraintes imprévues sont usantes lorsqu’on vient pour un objectif sportif. On ne devrait pas nous compliquer la tâche ainsi, surtout que là encore, nous payons des droits d’inscription relativement élevés.
Par contre, le circuit en lui-même était bien plaisant lors de la reco, avec des dévers, des belles petites côtes, un magnifique escalier, de la prairie en virage… Mais c’était sans compter sur l’arrivée de la pluie, qui fut persistante tout le week-end!
Dimanche matin, le parcours était donc devenu gras mais juste glissant et toujours praticable à vélo, mis à part les dévers (sur lesquels nous avions pourtant travaillé les trajectoires optimales avec Phil), où il fallait courir.
Nous étions 25 dames au départ avec un niveau plus relevé du fait que les points UCI sont maintenant acceptés. Il y avait par exemple Maryline Vassal, ancienne championne du monde de CX!
Sur la ligne je retrouve Manue et Camille les bretonnes, qui auront fort à faire avec notamment une concurrente top-10 national et une autre championne du monde masters. De mon côté, je cours avec Stéphanie Vaxillaire, qui a été au niveau Elite elle aussi. Bref, du beau monde, mais ça n’en est que mieux pour la discipline.
Le départ est donné dans la bosse en bitume. Je mets un peu de temps à mettre en route mais parviens à suivre Stéphanie. Je constate qu’elle a le même gabarit que moi et qu’elle dégage une belle puissance.
Je perds du terrain notamment dans la prairie devenue boueuse, puis reviens dans sa roue au passage de l’escalier (j’ai énormément grimpé les escaliers à l’entraînement, je commence à aimer ça! 😊 ).


Mais de retour dans la bosse d’arrivée, je n’arrive pas à suivre ses accélérations. Peu après Karine me double et m’encourage. Elle court dans la catégorie au-dessus. Au 3ème tour, je sais que je ne reviendrai pas et assure finalement une 2ème place en M3, et environ 10ème au scratch, ce qui me correspond, vu le niveau.

Crédit photos :Guigui Photographe

Camille et Manue sont elles aussi médailles d’argent.
Ce n’est déjà pas mal, et on passe un bon moment entre filles lors du protocole.

Pour Phil, l’après-midi, le terrain s’était encore plus dégradé sous la pluie, et en bave pas mal malgré un départ d’enfer en tête dans la bosse, et ses belles aptitudes en course à pied. Le gros souci est qu’avec un seul vélo, il était impossible de performer.

Crédit photo: Emilie Drouet
Le super start en vidéo! 😍

https://www.facebook.com/blandine.huet.3/videos/259475434679719/

Là encore on voit les limites de cette discipline qui reste fastidieuse au niveau logistique, et très coûteuse sur le plan matériel dès lors qu’il faut 2 vélos.
Nous sommes en tous cas heureux pour les belles performances d’Hervé Prud’Homme champion de France (il aura réalisé un triplé: VTT, route et CX!), Nico Lemaître, Jean-Muchel Huby…

Ce dimanche, nous comptions donc terminer 2018 avec une dernière course à Landerneau (le choix ayant été difficile avec le CX de Grâce Uzel qui nous tentait bien aussi), pour lequel Maïna avait fait une super pub.
Mais la météo, une fois encore, se charge de détruire le terrain. Phil préfère ne pas faire le déplacement.
Je m’y rends donc seule, tout de même motivée, car j’étais en forme toute la semaine.
Sur place, il pleut fort et des torrents d’eau se déversent même dans la rue du départ.
Dès la reco, je me demande si je ne vais pas déclarer forfait, tant le circuit est horrible: c’est une succession de mares à cochons et de prés qui tabassent. Je ne vois absolument pas comment on peut aimer pédaler là-dedans.
Comme je suis seule, pas d’assistance; je préfère donc courir avec mon mulet qui est déjà plein de boue, car je ne pourrai pas changer de vélo.
Le départ est néanmoins donné dans la bonne humeur et ça me fait plaisir de revoir Maïna, Laura, Anaëlle, Amélie…
Mais très vite je me rends compte que je n’arrive à rien dans ce bourbier… Les 40 minutes me paraissent interminables! Je ne finis que 4ème, sans avoir tout donné, faute de motivation… 😒

Crédit photo: Sébastien Delaunay

Bravo à Laura pour sa victoire, ainsi qu’à l’EC Landerneau et à Maïna pour l’organisation.
Je suis déçue de finir ma saison là-dessus car je me rends compte que le cyclo-cross dans ces conditions ne me correspond pas du tout. Cela suppose vraiment d’avoir de l’aide que ce soit au niveau de l’assistance, de la mécanique, du nettoyage des vélos et des équipements… Et faire tout cela dans la nuit une fois rentré, ce n’est vraiment pas drôle… Sans compter le cas de conscience que cela nous pose au niveau écologie d'utiliser autant d'eau (les karchers) pour rincer tous ces vélos. 😱

Crédit photo: Sébastien Delaunay

Pour conclure sur une note positive, je pense malgré tout que j’avais progressé (les watts le prouvent) et que tous les efforts concédés ne sont jamais perdus. Encore merci à Stéphane qui me suit en vrai professionnel de l'entraînement! (http://www.monobjectifvelo.com/ )
J’ai déjà hâte à la reprise du VTT, qui est et restera ma discipline préférée… sur terrain sec, bien entendu! 😌

lundi 5 novembre 2018

Cyclo-cross 2018: de retour dans les sous-bois!

De retour sur le blog après quelques semaines sans poster d'article, un peu submergée par les occupations diverses, que ce soit dans ma vie professionnelle, privée et sportive...
La saison de cyclo-cross est désormais bien lancée: les bretons et bretonnes ont fait leur come-back dans les sous-bois, encore très secs ces derniers temps, et devenus de plus en plus humides actuellement. Ce n'est pas grave: on a moins mal au dos! 😀

Au mois de septembre, on a conclu notre saison VTT par les 6h VTT de Milizac, plus exactement sur le bucolique circuit de Tréouergat, manifestation au profit des enfants victimes de cancers pédiatriques. Nous étions en équipe avec notre prez de club Youenn, et ayant remporté le classement mixte, nous sommes repartis avec des potimarrons locaux! 😋

On a ensuite enfourché nos montures de cyclo-cross pour l'épreuve d'Argentré du Plessis, où il a fallu se mettre dans le rythme.
J'ai pu constater que j'étais un sacré Diesel, me retrouvant dernière suite au départ. Heureusement je suis parvenue à remonter des places ensuite pour terminer 6ème.

 
Lors de la 1ère manche du trophée régional dans les mythiques dunes de Kerlouan, je n'ai pas eu de bonnes sensations: manque de jus, fatigue. J'étais assez déçue, non pas forcément de ma prestation car vu le niveau j'étais à ma place, mais de mon ressenti: il m'est difficile d'accepter de souffrir en course quand on donne déjà tellement à l'entraînement.



Bonne course de Phil à l'aise au-dessus des planches:

 
Le souci, c'est que mes mauvaises sensations n'ont fait que se confirmer dans les jours qui ont suivi, couplées à un moral au plus bas. Je n'avais plus l'envie de m'entraîner ni même de faire du vélo tout court! C'est bien la première fois que cela m'arrivait: je suis toujours partante pour pédaler, sauf cataclysme... 😓
Après avoir analysé la situation et fait l'inventaire de ce qui pouvait me manquer (mon dernier bilan sanguin étant bon), j'ai fini par me rendre compte que je n'avais pas pris de vitamine D depuis des lustres, pensant ne pas en avoir besoin avec l'ensoleillement dont on avait bénéficié cet été.
Il s'est avéré que c'était bien l'origine de mon problème, qui a été réglé très vite: 2 jours plus tard, j'avais retrouvé une belle énergie et l'envie de faire du sport!
La course suivante à Planguenoual s'est plutôt bien passée même si je n'ai pas encore la grande forme. C'était sympa de retrouver Camille et Anaïs au top niveau cette saison. En faisant la reco ensemble, je me suis rendu compte qu'on se connaissait depuis pas mal d'années maintenant, et que ce qui nous liait était la passion véritable, car entre temps, un grand nombre de filles ont arrêté le cyclisme, quelle que soit la discipline.
Sur cette épreuve, c'est Phil qui a véritablement performé en terminant 3ème de la course réservée aux Pass-cyclistes, derrière ses copains Nico Lemaître et Jean-Marc Cochennec. 😊
Il faut dire qu'il a repris avec enthousiasme la course à pied et le trail, en s'inscrivant au Granit Running 22 à Perros-Guirec: retour aux sources pour notre ancien champion du 400 mètres haies, avec des exercices de fractionnés qu'il affectionne particulièrement...

Son point fort: le portage en côte!


Nous pensons en effet qu'il est primordial de ne pas pratiquer qu'un seul sport, à savoir le vélo, pour éviter la lassitude et s'aérer de différentes manières, un peu comme on propose plusieurs activités à nos enfants... On est tous des enfants finalement! 😊
De mon côté j'ai recommencé la danse classique depuis 1 an: c'est du bonheur pour moi de pratiquer 2h par semaine cette activité que j'ai débutée à 6 ans!

Le jeudi 1er novembre, c'était le championnat de Bretagne Masters à Ergué Gabéric près de Quimper. 🎃
Autant dire qu'on a eu le sourire dès la reco, car le parcours était vraiment génial!
On avait un condensé de quasiment tout ce qui peut être proposé en cyclo-cross: du roulant, de la prairie, du sous-bois technique avec virages glissants, des marches, des petites planches, des côtes, des dévers, une passerelle, et même un passage dans la salle de sport, sur un tapis rouge avec ralentisseurs, devant les crêpières qui s'affairaient dans une délicieuse odeur! 💗😍
Nous avons pris le départ sous la pluie mais pas trop forte.
A ma grande surprise, j'ai réussi mon start, parvenant à rester dans les roues de mes copains masters 50 pendant quelque temps. J'ai ensuite lâché du terrain, manquant de puissance sur les portions roulantes.
Enfin, après de longues semaines sans saveur, je me suis éclatée sur ce parcours!
Je n'étais pas au taquet cardiaquement mais j'avais du jus.
En revanche, Phil s'est littéralement dépouillé, à la bagarre avec nos collègues de club, en particulier Youenn. Mais c'était super pour lui de courir avec une telle émulation dans une super ambiance!
On ne doit jamais oublier pourquoi on prend un départ tous les dimanche: l'objectif n'est pas forcément la gagne ou le podium, mais de prendre du plaisir quel que soit le terrain, tout en ayant la satisfaction du devoir accompli!

Seule petite déception qui devient récurrente: comme nous n'étions que 2 dames au départ, il n'y avait pas de maillot de championne de Bretagne. Le Comité ne fait toujours pas d'effort pour encourager les féminines. 😞
Merci en tous cas aux organisateurs qui nous ont chaleureusement récompensées, ainsi qu'à Alexandra Rannou qui était prête à prendre le départ avec nous pour faire le nombre! 😊
Nous aurions pu être plus mais Manuella et Camille étaient en déplacement au Pays Bas pour participer au championnat d'Europe Masters, qu'elles ont d'ailleurs remporté chacune dans leur catégorie! Un immense bravo à elles! ⭐⭐⭐

Ce dimanche, nous étions engagés sur la 2ème manche du trophée régional de cyclo-cross à Châtelaudren proposant un très beau circuit avec des côtes, un escalier bien raide, du très physique en somme...
Avant la reco, on rencontre Arthur, l'excellent entraîneur  de QLN Training de retour de Belgique où il a fait courir ses protégées au niveau UCI, à savoir Laura et Louise, avec Maïna (la toute nouvelle championne de France junior sur route 🍓) en assistante de choc!
Nous sommes une vingtaine de filles au départ avec les juniors, ce qui promet une belle concurrence!
Suite au départ en milieu de tableau j'essaie de trouver mon rythme mais j'ai l'impression d'être en dessous de mon effort habituel. Je roule avec Camille tout juste rentrée des Pays Bas, et Gabrielle que l'on perd peu après sur un "déjantage".



Nous restons ensuite en duo avec Camille. On accélère un peu la cadence; je passe devant dans les côtes mais Camille assure mieux sur le plat. Après 35 mn de course, j'ai un coup de bambou et ne parvient plus à suivre Camille qui place quelques accélérations.
J'en termine à la 9ème place après 50 mn d'effort, tandis que les juniors dames ont fait fort en tête avec la belle victoire de Louise, suivie d'Amandine et de Maëva.

Phil courait ensuite avec les seniors/espoirs (Elites): il n'a pas été au niveau de ses espérances, n'ayant sans doute pas récupéré de ses efforts du jeudi. Ce n'est que partie remise!




Un grand merci à tous les photographes présents sur les épreuves! 📷

Enfin, une petite interview de la toute nouvelle association CX Asso's Bike, qui promeut le cyclo-cross en Bretagne; merci à eux! 😍

samedi 21 juillet 2018

Championnat de France VTT à Lons: un doublé tricolore avec Coralie!

Cette semaine, nous sommes partis pour le Jura, en famille, non pas pour débuter des vacances paisibles, mais pour participer au championnat de France de VTT à Lons Le Saunier, incluant toutes les catégories de cadets à masters.
On avait beaucoup travaillé l'aspect physique avec Stéphane durant le mois de juin, pour optimiser les performances, sans négliger toutefois la technique grâce au stage que nous avions fait avec Arthur et quelques sorties dédiées au VTT, même si je sais que beaucoup reste à faire dans ce domaine me concernant.
10 jours avant, on avait également participé aux 6h VTT de Carhaix en équipe de 4 afin de se débloquer (toutefois, Phil étant malade depuis 3 semaines, il était forfait pour le France), notamment avec la prometteuse championne de Bretagne cadette, Anaëlle Even.

Un fois arrivés sur le site de Lons mercredi, nous faisons une première reco du circuit, qui comporte pas mal de portions roulantes mais aussi de bonnes marches à descendre (à enrouler pour ma part), où l'engagement est nécessaire.
Il y a également 2 redoutables côtes qui font très mal!
Mais nous passons tout sur le VTT et je suis donc plutôt en confiance pour la suite.
Globalement nous suivons les recommandations de Garlan le papa d'Anaëlle rencontré sur place, alors que JY Conan, toujours à pied d’œuvre pour l'organisation, trouve lui le circuit très roulant! 😊

En soirée, nous faisons une balade en vélo avec nos filles dans les bois: merveilleusement agréable!
Le lendemain, je retourne faire une reco seule cette fois-ci.
Tout se passe bien jusqu'à ce que j'entame la descente qui suit la seconde longue côte: je ne sais pas pourquoi je freine et me dirige sur la gauche du "saut" en rondin. En une fraction de seconde, je plante ma roue avant et me retrouve par terre sur le côté gauche! 😩
On m'aide à me relever et un coach présent sur place m'explique que je dois prendre plus de vitesse, lâcher les freins et que ça passera tout seul.
J'ai perdu un peu de confiance mais il faut absolument retenter. Et finalement ça le fait effectivement. Je le franchis encore 2 fois pour m'assurer que c'est acquis.
Certains passages comme les descentes de "toboggans" commencent à creuser. Il faudra être vigilant.
Dans l'une des dernières descentes, il y a 3 options et je choisis la dernière, la plus facile, car cela ne fait quasiment pas perdre de temps et j'aime autant ne pas me mettre en danger.
Après une journée très chaude pour le breton habitué des climats tempérés, nous retrouvons nos amis franc-comtois Coralie et David, venus en découdre eux aussi!
Ils font la reco et pour eux, pas de problème techniquement! 😊

Je sens la pression monter. Il va falloir que je reste zen malgré l'angoisse de la chute.
Notre départ initialement prévu à 8h30 a été heureusement décalé à 11h30.
On a donc le temps de prendre un petit déjeuner énergétique et de bien s'échauffer.
Coco semble beaucoup plus détendue que moi et me fait sourire sur la ligne de départ (où je suis placée en 2ème ligne).
Nous sommes 14 masters dames, et pour une fois, nous avons notre course dédiée, c'est à dire que nous démarrons 2 mn après les Masters 50, ce qui est une excellente initiative de la part de la FFC (je me rappelle encore de la chute collective de l'année dernière dans l'effervescence du départ).
11h32: c'est parti pour 4 tours de circuit!
Après les grandes portions roulantes, je me retrouve idéalement placée en 5ème position à l'entame du premier singletrack.
Malheureusement, je fais une terrible erreur en voulant prendre la trajectoire intérieure (raide avec un gros caillou), jamais testée à la reco, et je chute lourdement sur le côté droit cette fois.
Je me relève immédiatement; la selle n'est plus dans l'axe et la manette de freins à tourné; qu'importe, c'est reparti, malgré de fortes douleurs costales à droite.
J'ai dans la tête ce que Didier Deschamp a dit aux Bleus durant toute la coupe du Monde: "on ne lâche rien!". Du coup, je remonte les places perdues une à une, prenant mon temps pour le faire dans les côtes notamment où je sais que je suis plus à l'aise.
Je finis par me retrouver 4ème, puis 3ème au second tour. Maintenant je dois tenir le rythme, ravitaillée par Phil et encouragée par mes filles et les copains bretons!
Je gère dans les descentes, bien refroidie par ma chute stupide mais douloureuse, et écrase les pédales dans les côtes, sauf dans la plus technique où je m'aperçois que je vais plus vite à pied et que cela évite de me griller les jambes.
Sur les parties roulantes, je prends mon pied évidemment, puisque c'est ma tasse de thé! Même dans les séries de virages où j'étais peu à l'aise, je commence à enfin prendre les bonnes trajectoires.
Le pierrier passe bien aussi: il n'a rien de redoutable comparé à certaines marches piégeuses. Heureusement que j'ai mon tout-suspendu pour amortir les chocs.

Crédit photo FFC

Au dernier tour, alors que j'enchaîne la série de toboggans, j'entends que Coco a remporté l'épreuve! 😍
Cela me donne des ailes!
Ce n'est que vers la fin que je réalise que c'est gagné pour moi aussi dans ma catégorie en terminant 3ème au scratch!

 
Whaouhh! Que d'émotion de tomber dans les bras de Coco: toutes les 2 un maillot tricolore c'est magnifique!
Immense plaisir également de partager cela pour une fois avec mes filles et avec Phil qui m'a si bien accompagnée sur tous les plans (mental, mécanique, physique, ...).
Beaucoup de bonheur aussi de voir mes collègues bretons JY Rannou et Hervé Prud'homme devenir tous 2 champions de leur catégorie: c'est tellement mérité! 😊

Dans l'après-midi, le protocole a lieu sous un soleil très chaud et radieux.



C'est toujours émouvant d'entendre la Marseillaise et de se dire qu'on n'a pas réussi par hasard.
Un chouette moment avec mon amie Coralie!


Suite à la course de David (qui avait oublié de manger avant, tellement il s'est consacré à Coco!), place aux vacances au Lac de St-Point pas bien loin d'ici, avec Coralie et David. Au programme: récupération, stand-up paddle, et bien entendu VTT, cette passion à l'origine de notre amitié il y a 14 ans déjà! 😀

Un grand Merci:
- à l'organisation pour le circuit costaud comme il se doit, ainsi qu'à la FFC pour nous avoir dédié une vraie course, séparément des hommes Masters50
- à mon club le Team Armorique
- à tous ceux qui m'ont encouragée de près ou de loin
- à Véloland Lannion pour les révisions du Scott Spark, à Benoît pour les roues Asterion
- à mon coach Stéphane Gourmelon (MonObjectifVelo) au top de la préparation physique ("no watt, no gain!" 😊), ainsi qu'à Arthur Quilliec pour les conseils techniques VTT
- à Phil mon alter-ego 💙, à nos familles respectives, et à nos filles qui ont été super et qu'on a du plaisir à voir rouler elles aussi...

dimanche 17 juin 2018

Stage technique VTT avec Arthur, QLN Training: au Top!

A vélo, il n'y a pas d'âge pour progresser et même en masters, on peut encore s'améliorer, notamment en matière de technique VTT!
D'autant qu'ayant commencé ce merveilleux sport une fois adultes, nous n'avons évidemment pas bénéficié de l'apprentissage à l'école du TRJV par exemple.
A l'approche des objectifs du mois de juillet, on avait envie de revoir nos points faibles techniques.
Phil, lui, sortait de sa grosse épreuve de l'année, à savoir les 100 km de la Granit' Montana et ses 4300 mètres de D+, déroulées dans des conditions extrêmes avec des orages corsant le tout. Il était très heureux de faire partie des 17 finishers sur 115 inscrits, tout comme ses copains finistériens Youenn et PM! 💪

Ce samedi, on avait donc pris rendez-vous avec Arthur Quilliec, coach à QLN training et également entraîneur de plusieurs de nos jeunes ami(e)s cyclistes, des étoiles montantes comme Maïna, Laura, Cédrine, Louise...

Arrivés sur le site de Gouezec où avait eu lieu le TRJV, on commence par ... démonter les pédales auto pour y fixer des plates!
Les premiers exercices, qui paraissent assez simples de prime abord, mettent tout de suite en avant nos défauts.
Il s'agit de descendre quelques virages balisés par des plots dans une prairie, sauf que virer n'est pas forcément simple et que la prise de trajectoire parfaite n'est pas toujours celle qu'on croit!
Arthur nous montre, nous corrige; les explications sont claires et censées; on parvient à mettre certains conseils en application et le résultat est là: on perd moins de vitesse, on est plus fluides et plus détendus.
Nous grimpons ensuite dans une zone boisée où se trouve une portion de descente qui était destinée... aux pupilles et benjamins! 😊
Rien de bien compliqué mais une succession de virages qu'il faut enchaîner en freinant le moins possible avec des trajectoires optimales.



Là encore, on parvient à améliorer plusieurs points comme la position du haut du corps sur le vélo, le pied extérieur en bas qui permet de donner l'équilibre et de lâcher un peu les freins, le regard, etc...
Arthur nous fait ensuite monter un peu plus haut pour descendre quelques virages en épingles pas si évidents lorsqu'on veut garder sa vitesse.
On a l'impression d'être au ski comme avec des prises de carres car Arthur nous demande d'engager franchement le vélo à chaque tournant.
Encore plus haut, une trace serpente au travers un talus et l'objectif est de se rapprocher des trajectoires parfaites. Arthur pose ses plots pour indiquer où on doit virer. Il nous faut quelques essais pour nous améliorer.
Je m'aperçois que je suis bien moins à l'aise en virage à droite qu'à gauche.
J'ai aussi tendance à laisser faire mon vélo, à rester passive, ce qui m'empêche de contrôler la direction.



Arthur nous filme et nous montre nos défauts. C'est vraiment flagrant en vidéo!



Bref, mon souhait était de travailler les virages; et bien c'est chose faite!
Le site de Gouezec permet vraiment de tester un large panel de difficultés courantes en XC, et après avoir travaillé sur un virage qui paraissait lui aussi anodin de prime abord, on se dirige vers la zone de DH pour rajouter un peu plus de pente tout en essayant d'appliquer les conseils précédents.

Enfin, de retour sur nos pédales auto, nous terminons par un petit circuit complet, intégrant d'abord des côtes puis une descente bien sympa et rapide.
L'objectif est aussi d'augmenter son capital plaisir en étant plus détendu dans les parties techniques!
Arthur en profite pour nous démontrer l'intérêt du bunny-up pour contrôler son VTT à l'amorce d'une cassure.
A l'issue de cette demi-journée, on a la sensation d'avoir été plus efficaces au fil des essais, grâce notamment aux conseils avisés de notre coach du jour. 👌

Un grand merci à Arthur pour cet après-midi riche en enseignements, et pour la pédagogie dont il fait preuve, sachant réellement se mettre à la portée des pratiquants, quel que soit leur niveau!
En club, en groupe ou en petit comité, n'hésitez pas à faire appel à QLN training pour organiser des mini-stages ou séances spécifiques.

mercredi 6 juin 2018

Coupe de Bretagne VTT à Canihuel: un circuit comme on aime!

Ces deux derniers week-ends, nous avons enchaîné de superbes épreuves où on a pris beaucoup de plaisir:
Tout d'abord le Roc'k d'Armor à Andel organisé par le papa d'Anaïs Grimault la championne de Bretagne, aidé de son équipe de bénévoles, qui ont accompli un travail de folie dont la construction de ponts supplémentaires.
Le parcours long de 9 km était sec, incluant de nombreuses difficultés techniques dont des montées raides et des dévers, du roulant mais toujours physique et... pas trop de virages, merci! 😊

La course était particulièrement longue mais c'était top. Phil a terminé 2ème en Masters, content, car il avait besoin de se rassurer sur sa condition à 3 semaines de son objectif (les 100 km de la Granit Montana 😬). De mon côté, j'ai roulé un bon moment derrière Marine, puis un peu craqué. 3ème à nouveau dans une ambiance très sympa.

Dimanche, on était à nouveau de sortie pour la Coupe de Bretagne XC de Canihuel dans le centre-Bretagne.
On connaissait le circuit très exigeant (dénivelé) mais qui nous avait déjà beaucoup plu.
En effet, ce tracé dans les bois de pins environnants est tout simplement superbe: de longues côtes, beaucoup de technique avec des petits obstacles, de bonnes marches rocheuses à descendre, quelques racines, des taquets raides, et exprès pour moi, peu de virages!
Il y a 2 ans, le championnat de Bretagne y avait lieu et on avait souffert de la déshydratation, n'ayant pas d'assistance.
C'est aussi comme cela qu'on acquiert de l'expérience (même à notre âge 😉): il est difficile aujourd'hui de performer sur une course de XC sans être ravitaillé.
Maintenant que Phil roule en Masters, on s'aide l'un l'autre avec toute la logistique qui va bien et cela change tout.
La preuve:
12h15: peu après le départ des Masters et Départementaux, relativement nombreux, contrairement aux autres catégories, je me poste dans la rue juste en contrebas du podium, avec mon VTT, mon tabouret d'appoint (et oui, il ne fait pas rester debout), un bidon et des gels Overstims pour Phil.
A son premier passage, je vois qu'il a un bon rythme; il a intégré un gruppetto, environ 10ème, tandis que devant, JY Rannou mène la danse devant notre copain Hervé et Damien.
Je le ravitaille tout au long des 5 tours et il gagne des places à chaque fois. Il est en forme!
Il termine à une superbe 6ème place au scratch et avait encore jus pour un tour supplémentaire!
La victoire est pour Hervé qui a réalisé une belle remontée, tandis que JY a justement connu une défaillance ... par manque de ravitaillement.

La perf de Phil me met de bonne humeur et je tourne les jambes sur notre TillStart (nous aurons bientôt le nouveau modèle), tout en scrutant la météo locale qui nous promet des orages vers 16h...
15h30: nous ne sommes que 5 filles cette fois-ci.
Départ canon de la junior Alicia dans la longue côte en bitume qui va nous mener à l'entrée du premier bois. Je parviens ensuite à revenir sur elle, puis à passer devant dans une bosse, mais je dois maintenir un bon rythme pour creuser un peu l'écart.
Ensuite je baisse un peu de régime pour garder de la lucidité.
Dans le 1er sous-bois technique je ne réussis qu'une fois à gravir le taquet le plus dur intégralement; il faut beaucoup de motricité.
Je m'applique à passer les grosses marches en descente systématiquement sans chercher le plus facile.
Dans les longues côtes, j'ai la musique de l'hiver de Vivaldi dans la tête! En mode tempête évidemment, ce qui me donne une bonne cadence. 😊
Je suis ravie que Phil m'ait monté un plateau 30 à la place du 32: cela me procure plus de souplesse quand le pourcentage de pente est fort, et m'évite les maux de dos que j'avais subis lors des dernières courses à tirer trop de braquet.
Au dernier tour, le ciel s'est tellement assombri qu'il fait noir dans les sous-bois.
Je n'y vois plus rien et dois passer plus lentement les passages techniques.
Les spectateurs ont fui et pour cause: le tonnerre gronde; quelques gouttes commencent à tomber.
J'en termine 1ère et contente de ma course surtout par rapport au plaisir pris sur ce parcours; j'ai adoré! 😍

Crédit photo: Hervé Madec

Ensuite, un violent orange s'abat sur la commune.
Les seniors et espoirs ont encore un tour à parcourir sous le déluge: la victoire bien méritée est pour Adrien Milin!
Nous rentrons sous une pluie torrentielle, les éclairs et le tonnerre... 😱

Pendant ce temps, notre fille Anaëlle était en déplacement avec son club (VTT Pleumeur) dans le Finistère pour le championnat régional de la FSGT à Plabennec.
Nous n'y participions pas car non seulement le circuit est plat mais il aussi comporte un passage dans un boviduc, qui apparemment ne peut être évité. Les VTT sont à moitié immergés et les conséquences sur le cadre (dont il faut vider l'eau ensuite) et les roulements ne sont pas légères...
Face au parcours de Canihuel, la question ne se posait donc même pas...

Donc notre miss s'est fort bien débrouillée malgré des conditions météo très humides: elle termine 2ème chez les benjamines. Objectif atteint!
Et son copain Kenan qui a un sacré mental a remporté le titre chez les pupilles devant les favoris!

En mode warrior!